La truffe

La truffe, qu'elle soit blanche, noire ou grise a toujours fait rêver les épicuriens et ce depuis l'Antiquité. Mais il faudra attendre Brillat-Savarin (célèbre auteur de la Physiologie du Goût au XVIIIème siècle) pour lui donner ses véritables lettres de noblesse.

On retrouve la première trace de ce champignon dans la littérature dès 300 avant JC. Considéré alors comme "végétal engendré par les pluies d'automne accompagnées de coups de tonnerre" par Théophraste, élève d'Aristote et grand philosophe Grec.

300 ans plus tard, Apicius, célèbre gastronome romain et cuisinier de l'empereur Tibère, la considérait comme un "présent des dieux". Dans un passage d'Athénée, les truffes sont servies à la fin des repas, marinées dans une sauce au gingembre et à la cannelle.

Il faut attendre le XIVème siècle pour que la truffe fasse son apparition sur la table des princes de France sous le règne de Charles V et sous l'impulsion de son frère le duc de Berry. La truffe restera à l'honneur tout au long de l'Histoire de France, excepté pendant la Révolution, pour atteindre l'apogée de sa consommation durant la Régence.

Produit mystique, la truffe porte en elle son lot d'attributs et de légendes. Puissant aphrodisiaque sous François Ier, elle aurait également servi de monnaie d'échange ou de précieux présent dans l'Europe royaliste.

La trufficulture se développa fortement au XIXème siècle. Un grand nombre de vignerons de l'époque se reconvertirent en trufficultures après l'abandon des vignes ravagées par le phylloxera qui décima le vignoble en 1863. Ainsi, on commercialisa en France jusqu'à 1600 tonnes de truffes en 1868.

Depuis une trentaine d'années, toutes truffes comprises, la France produit chaque année moins de 100 tonnes de truffes.

Nous contacter


Truffe Extra France - 20, le Port 33720 - BARSAC- FRANCE